keelife

13 mars 2015

Injustice

J'ai une amie qui est en train de découvrir que l'équitation est un sport injuste.
Et pourtant cela fait de nombreuses années qu'elle le pratique.
Moi je me suis fait une raison, ou je tente d'y croire.

On commence souvent l'équitation jeune, enfant ou ado.
Et dans beaucoup de cas, on arrête au moment de partir faire des études, ou pour les femmes,
avec l'arrivée d'un bébé par exemple.
Moi j'ai arrêté une première fois à 17 ans, ni pour l'un, ni pour l'autre car je n'ai pas fait d'études, encore moins de bébé.
Le club était loin, changement de monitrice que j'aimais pas... et autres événements.
J'ai repris 7 ans plus tard quand j'étais "grande", et j'ai à nouveau arrêté 10 ans... et repris à nouveau il y 9 ans. Je tiens bon cette fois.

Quelle rapport avec l'injustice de l'équitation ?
Et bien, il arrive un moment, où tu obtiens un certain niveau, tu ne peux plus monter des chevaux de club.
Enfin si tu peux, mais cela devient frustrant, un cheval de club, même si peut être bon ne sera jamais ton cheval à toi,ne progressera jamais comme s'il n'était monté que par un cavalier (à condition qu'il monte correctement).
C'est là que c'est injuste, car si tu n'as pas les moyens de t'acheter un cheval, tu es forcément frustré(e).

Et c'est là que ma grand-mère sort de sa boite avec sa phrase fétiche :
"un Cheval c'est pour les riches". (lol)

Alros non, pas tout à fait, on peut avoir un cheval pas très cher qui vit au pré qui ne coûte pas trop cher.
Mais quand on veux faire évoluer son équitation, faire de la compétition etc... ce n'est pas ce cheval là qu'il faut.
C'en est un qui coûte cher car il a des moyens (ou alors tu t'y connais super bien et tu trouves une perle rare cachée).
et ce n'est pas le genre de cheval qui vit au pré toute l'année non plus, donc qui coûte cher en pension.

Voilà, donc quand on arrive à ce point là de sa passion, on sait qu'il faut un cheval à soi ou arrêter, ou se contenter de ce qu'on a...
Il y a une autre solution : la demi-pension sur un cheval de propriétaire.
Mais c'est pas non plus une solution satisfaisante pour tout le monde (faut trouver le bon, ça n'est pas vraiment son cheval à soi,
il risque un jour de partir, d'être vendu, de se facher avec le propriétaire etc...)

Bref, la copine en question est dans sa crise de "je veux mon cheval à moi", mais n'en a pas les moyens.
Je connais. Pourtant, moi financièrement je pourrais avec certains arrangements. Et j'en cherchais un, j'ai même failli en avoir un l'année dernière.
Je l'avais essayé, réservé, préparé le transport (700 km !) et à la visite véto il n'est pas passé (problème sur une radio du pied).
J'ai du renoncer à ce cheval car il allait devenir boiteux. ça m'a calmée pour un moment.

Maintenant je ne sais plus, je suis comme le copine en question.
Le cheval que je monte actuellement,
je le monte à défaut d'autre chose. Il est carractériel, il m'énerve.
Parfois il me fait peur. C'est clairement pas le cheval que je choisirais.
Mais j'ai rien d'autre.

 

 

Posté par KeeKee à 17:30 - Un ptit mot en passant ? [0] - Permalien [#]

Un p'ti mot en passant ?

Poster un commentaire